Le comité en quelques mots

 Le Dieppois Jean Sauvage est le premier Français à s'aventurer dans la mer (...)

les hommes

Jean Sauvage

 Jehan Denys est né à Honfleur, au milieu du XVème siècle. Son nom y est (...)

les hommes

Jehan Denys

Jules Sébastien César Dumont D’Urville


explortateur

explortateur

Né à Condé sur Noireau le 23 mai 1790 au sein d’une ancienne famille de Normandie, son père, Gabriel Charles François Dumont, seigneur d’Urville est bailli de la nouvelle Haute Justice de Condé.

À 17 ans, il s’engage dans la Marine et, après avoir subi avec beaucoup de succès un sévère examen, il fut nommé aspirant de première classe en novembre 1807.

À vingt ans (en 1810), il se présenta à l’examen de l’École polytechnique, mais son âge trop avancé ne permit pas qu’il y fût reçu.

Il débuta sa carrière dans la marine à Brest en 1811 sur le vaisseau l’Aquilon, puis il passa successivement sur l’Amazone, le Suffren, le Borée et la Ville de Marseille et parvint en 1812 au grade d’enseigne de vaisseau.

Le premier voyage de Dumont d’Urville eut lieu sur la Ville de Marseille, qui conduisit en 1814 le duc d’Orléans à Palerme et qui l’en ramena avec sa famille.

D’une expédition scientifique envoyée en 1819 en mer Noire et dans les îles grecques, il est le premier à signaler à l’ambassadeur français à Constantinople, une statue.

C’est la fameuse Vénus de Milo, sculptée en 130 av. J.-C. statue, aujourd’hui exposée au musée du Louvre, qui est devenue l’une des plus célèbres au monde

Nommé lieutenant de vaisseau en 1821, il s’associe à Louis Isidore Duperrey pour mettre à exécution un voyage de découvertes.

Il en résulta le voyage d’exploration scientifique de La Coquille, de 1822 à 1825 avec pour commandant, le capitaine Louis Isidore Duperrey dans un voyage de circumnavigation autour du monde.

Il ramena au Muséum plus de 3000 espèces de plantes, dont 400 nouvelles et 1200 espèces d’insectes, dont 300 nouvelles.

Il publia à son retour divers mémoires scientifiques.

Le comte Chabrol de Crousol, ministre de la Marine, ayant confié à Dumont d’Urville une nouvelle exploration de la mer du Sud, le commandement de La Coquille, renommée L’Astrolabe, lui fut confié avec le grade de capitaine de frégate.

Il reçut en 1826 le commandement des deux corvettes L’Astrolabe et la Zélée, avec mission d’explorer l’Océanie et fut envoyé dans l’océan Pacifique pour arpenter les côtes de la Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Zélande et d’autres îles.

Le 22 avril 1826, Jules Dumont d’Urville appareille de Toulon comme commandant de L’Astrolabe (l’ancienne La Coquille)

L’Antarctique

Il entreprit en 1837 un nouveau voyage, une expédition dans les régions de l’océan Antarctique.
L’Astrolabe et la Zélée partirent de Toulon le 11 septembre 1837 et le 13 novembre, ils mouillèrent dans la rade de Rio De Janeiro.
Le 11 juillet 1838, ils quittèrent la Terre de Feu et s’avancèrent vers les glaces antarctiques.
Il explora les mers australes, poussa fort avant vers le pôle sud, en affrontant les plus grands périls, découvrit quelques nouvelles terres.
Les premières rencontrées le furent dès le 59edegré ; au 64e de latitude Sud, ce ne furent plus des montagnes flottantes, mais une barrière compacte qui se prolongeait à perte de vue.
À force de travaux, les navires remontèrent vers le nord et découvrirent une côte de 120 milles d’étendue, qu’on nomma la terre Louis-Philippe.
Il fut à son retour nommé contre-amiral (décembre 1840) et reçut de la Société de géographie la grande médaille d’or.

Il s’occupait de publier son Voyage au pôle Sud et dans l’Océanie lorsqu’il périt avec sa femme et son fils de 14 ans dans la première catastrophe ferroviaire française, qui eut lieu le 8 mai 1842 dans la tranchée de Bellevue à Meudon

Crédit : Wikipédia et Chartier Jules Michel

Source : http://fr.wikipedia.org http://chartierjulesmichel.blogspot.fr

Partager :