Le comité en quelques mots

Les fiches bateaux

Etoile du matin

Les fiches bateaux

Sanya

Les fiches bateaux

Sant Erwan

petite Lucette


  • Numéro d’inventaire 2015-352
  • Mise à jour Novembre 2015
  • Auteur(s) de la fiche CRPMN

port Diélette

  • Les noms du bateau petite Lucette
  • Type de navire vaquelote à moteur (canot du Cotentin)
  • Utilisation d’origine « petite pêche », cordes (palangres), filets, casiers, lignes
  • Immatriculation CH 273758
  • Matériau coque Bordés en sapin douglas et sapin rouge dans les hauts, chêne dans les fonds sur membrures sciés en chêne Coque ceinturée à l’intérieur par violons, serres sous violons. Quille en chêne protégée par bande-mole Ceinte, préceinte et liston refaits en sipo suite à restauration depuis 2005. Engougeage classique dans fargue aussi appelé liston ou parfois « lisette », au dessus de la ceinte Brion d’étrave court, arrière en voûte avec tableau en écusson avec « termes » en partie haute extérieur sur bâbord et tribord. Safran sur femelots et aiguillots Pont et superstructures : Pontage sur deux tiers avant avec rouf modifié pour la plaisance, plancher sur la partie arrière. Violons et serres sous violons. « Coëffe » sur première membrures et tête d’étrave avec collier de mât. Galoche sur tribord de la tête d’étrave, collier de bout-dehors à bâbord. Sur marsouin et premières membrures pièce d’emplanture de mât. Banc de barre. Tableau monté sur deux estains et étambot avec couronnement. Mèche de safran et barre au dessus du tableau.
  • Matériau mâture Espars (vergue, queue de malet, mât de misaine, bout-dehors) en douglas.
  • Date de construction 1941. Mis en service le 10 janvier 1942.
  • Chantier de construction LECRIVAIN ST VAAST-LA-HOUGUE Architecte Pierre BELLOT
  • Longueur de coque 7m13 m
  • Largeur 2m88
  • Tirant d'eau 1m20 m
  • poids 7 Tonnes. jauge 5.52 Tonneaux k
  • Modes de propulsion Voiles et moteur
  • Puissance moteur In-bord marque MWM de type 202.2 de 32cv, G.O. ch
  • Type de gréement Bourcet-malet
  • Surface de voilure Misaine à bordure libre : 28m2 avec 3ris écoute avec palan sur liverloof Tape-cul : 8m2 et 2ris Grand-foc : 8,25m2 Petit-foc : 3,40m2En dacron rouge sur plans de François RENAULT ajustée et réalisée par NORTH SAIL Cherbourg (50), ralinguée main en imitation chanvre. m2
  • Port d’attache Port Diélette
  • Adresse du propriétaire privé RAVION Ch (privé)
  • Place de port Port Diélette
  • Histoire liée au navire La « PETITE LUCETTE », légère à la barre, gite très peu et est très bonne marcheuses, maniable, elle permet de passer au plus prés de la côte facilitant ainsi, dés l’origine, la petite-pêche côtière. Ces canots pratiquaient la « petite pêche », cordes (palangres), filets, casiers, lignes et rapportaient leur pêche au port où les épouses les attendaient bien souvent pour effectuer la vente sur les quais. Ces canots ou vaquelottes utilisaient encore la voilure pour le travail et étaient, pour la plupart, d’excellents marcheurs. La « PETITE LUCETTE » en est un exemple précis, remontant très prés du vent, facile à la manœuvre. Les canots de Barfleur (50), aussi dénommés Vaquelotte par l’administration, sont construits à Barfleur mais aussi à ST-VAAST-LA-HOUGUE (50) par de nombreux chantiers. Cependant les diverses formes et équipements définissants ces canots sont d’origine architecturale des familles FICHAUX/BELLOT, grands constructeurs de navires de BARFLEUR (50) depuis 1848, en passant par ST-VAAST-LA-HOUGUE (50) de 1911 à 1954, jusqu’à PORT-EN-BESSIN (14) en 1998. La période de guerre aux chantiers de ST-VAAST-LA-HOUGUE reste une énigme puisque Pierre BELLOT était parti à PORT-EN-BESSIN et travail chez MACARIO à TROUVILLE. Malgré cela des bateaux y sont construits à son nom pendant la même période. Ce fort canot, construit pour François LEBAS, dénommé « PETITE-LUCETTE » en hommage à sa fille, construit au chantier de ST-VAAST-LA-HOUGUE en 1941/1942,possède une riche histoire car outre le fait qu’il fut mitraillé par les Allemands, alors que François pêchait à son bord non loin de Fermanville (50),et que le canot ait reçu plusieurs balles dans l’un de ses flancs, par ailleurs avec à son bord François et Armand LEBAS, ils secoururent un aviateur, Bedrich Dvorak, dont le Spitfire était abattu une heure plus tôt au large de Cherbourg (50).