les bautiers


du coté de Barfleur (Barfieu pour les normands)

du coté de Barfleur (Barfieu pour les normands)

Le terme « Bautier » est utilisé initialement et uniquement par les pêcheurs de Barfleur, il identifie un bateau qui pratique la pêche aux cordes (palangre), qui est de construction Barfleuraise et qui pratique cette pêche à Barfleur ...

L’administration admet ce terme pour partie et enregistre soit en « Bautier » soit en « cordier » ... lorsque les bateaux étaient tous quasi identiques jusqu’à la construction de la “Sainte-Thérèse” à M. RENET, alors Maire de Barfleur, qui sera le premier « bautier » traditionnel à être motorisé (année 1920 ou 1921 ?) ...

Ensuite, les bateaux évoluent et l’administration utilise d’autres termes.

Pour les bateaux construits à Barfleur, le nom donné sera celui du gréement (dundee, cotre etc...) pour St Vaast, le terme de Barque sera utilisé même si le bateau est identique à un construit à Barfleur, c’est le cas de la Marie-Madeleine construit à St-Vaast par manque de place à Barfleur alors que le Notre-Dame-Du-Sacré-Cœur est en construction à Barfleur.

Les pêcheurs de Barfleur continueront à appeler les bateaux qui pêchent aux cordes “Bautiers”.

Mais deux types apparaissent : les cordiers à voute (comme les anciens) et les cordiers à tableau (coût de construction et rapidité d’exécution plus intéressantes sans modifier la qualité du bateau pour des pêches plutôt côtières) et des pêcheurs plus aisés que les autres donnerons le terme péjoratif de “Demi-Bautier” à ceux à l’arrière à tableau (sans voute) ... et peu-importe le type de gréement.

Hormis cette différence, la forme de la coque n’est pas décisive dans le choix du terme donné au bateau.

L’administration sera embarrassée et donnera l’appellation parfois de vaquelotte ou de canot aux bautiers à tableau jusqu’à 9 / 10 m (demi-bautiers) ...

certains d’abords classés comme vaquelotte seront reclassés administrativement comme canots ensuite, ce qui n’est pas pour arranger la recherche historique ...

Cependant cette démarche administrative semble s’appliquer aux bateaux dont le pontage n’est pas intégral (demi-pontées comme les dénommés le chantier de Barfleur) ...

Il serait intéressant d’approfondir et d’étudier les raisons des différenciations données par les charpentiers constructeurs en lien avec les habitudes de chantier, méthodes d’assemblages, définitions des structures etc. etc. ...

Source : Serge LOIT”

Partager :