Le comité en quelques mots

Les fiches bateaux

Etoile du matin

Les fiches bateaux

Sanya

Les fiches bateaux

Sant Erwan

la Granvillaise


  • Numéro d’inventaire 2015-357
  • Mise à jour Novembre 2015
  • Auteur(s) de la fiche CRPMN

bisquine de Granville

  • Les noms du bateau Granvillaise
  • Type de navire bisquine
  • Utilisation d’origine pêche aux huitres, au chalut, à la ligne
  • Immatriculation 775501 L
  • Matériau coque Chêne,orme
  • Matériau mâture pin
  • Date de construction 15 avril 1990
  • Chantier de construction chantier Claude Anfray
  • Longueur de coque 18,28m m
  • Largeur 4,76m
  • Tirant d'eau 2,75 m
  • poids déplacement 55tx k
  • Modes de propulsion voile moteur
  • Puissance moteur moteur Boni 135cv ch
  • Type de gréement au tiers intégral
  • Surface de voilure gréement au tiers intégral le plus important de tous les bateaux traditionnels, c'est le bateau de pêche le plus voilé de France avec 10 voiles pour 410 m2 décomposé comme suit : Taillevent (grand voile) : 104 m² - Misaine : 61 m² - Tape-cul : 37 m² - Petit Hunier : 30 m² - Grand Hunier : 46 m² - Petit Rikiki (perroquet) : 22 m² - Grand Rikiki : 32 m² - Grand Foc. m2
  • Port d’attache Granville
  • Siège de l’association Marines de Hérel, Boulevard des Amiraux, 50400 GRANVILLE
  • Adresse du propriétaire privé Association des Vieux Gréements Granvillais
  • Histoire liée au navire Le nom de Bisquine est issu de Biscaya, du Pays Basque, province maritime espagnole, qui construisait de forts voiliers de pêche. Les Bisquines sont des bateaux Bretons et normands et sont grées en Bisquines . Le maniement de ces bateaux est simple par son gréement sans perte importante de qualité des lougres antérieurs. Gréement au tiers intégral, ils comportent deux ou trois mâts, avec trois niveaux de voiles, la troisième, appelée ( Rikiki ), voile de perroquet n’étant utilisée qu’en cas de vent très faible. Un bout-dehors démesuré de plus de la moitié de la coque permettant l’établissement d’un très grand foc sur l’avant pour mieux stabiliser la marche Initialement gréés en lougres, ces coques seront par la suite conçues pour son usage. C’est un quillard avec un plan de dérive très long, ces coques étaient capables d’effectuer un échouage sur le sable, propice au fort marnage de la baie du Mont Saint-Michel. Une surface de voile très importante se rapprochant de celle des Clippers, les Bisquines seront considérées comme les voiliers les plus toilés de France. A ce jour, il existe deux sortes de Bisquines , la Cancalaise reconstruite en 1987 et la Granvillaise en 1990. La construction de La Granvillaise débute le 17 décembre 1988 au chantier Anfray de Granville, d’après les plans originaux d’une authentique bisquine, La Rose-Marie, dessinés par l’architecte naval Louis Julienne en 1899. Le bateau, propriété de l’ AVGG (Association des Vieux Gréements Granvillais), est mis à l’eau le 15 avril 1990 en présence de 10 000 spectateurs et de La Cancalaise. En janvier 2008, La Granvillaise est mise au sec pour des travaux courants d’hivernage. L’ AVGG a alors une mauvaise surprise : une grande partie de la coque est attaquée par un champignon de la famille de la mérule. Des travaux de restauration sont alors réalisés par le chantier Duboscq. La Granvillaise sauvée est remise à l’eau le samedi 9 mai 2009. Dans la continuité de cette première grande phase de travaux, l’ AVGG décide de reconstruire la mature pour rendre à La Granvillaise sa beauté et sa puissance d’origine.