La Marie-Madeleine à la recherche de fonds


Edition Ouest France (extraits)

L’association et la Fondation du patrimoine vont tout mettre en œuvre pour restaurer la « Marie-Madeleine ».

Le Département ayant été recordman des dons en 2015, les espoirs sont permis. « Les dons pourront être défiscalisés. Sur le plan régional, nous avons une commission qui étudie d’éventuelles aides financières à octroyer. Pourquoi pas pour la Marie-Madeleine ? », déclare Jean-Pierre Husson, délégué de la Fondation.

Jacques Dadure (à gauche) garde l’espoir de pouvoir faire restaurer son bautier.

Depuis plusieurs mois, des animations sont organisées par des bénévoles et l’association constituée pour réunir des fonds pour la restauration du bautier Marie-Madeleine. Construit en 1934 et classé monument historique, le dernier cordier en bois du Cotentin s’est échoué le 5 septembre dernier aux îles Saint-Marcouf, avant de sombrer quelques jours plus tard. « Sur les 475 000 € nécessaires, nous devons trouver 140 000 € dont 80 000 € pour la coque et 60 000 € pour l’aménagement », déclare Jacques Dadure, le propriétaire. Une somme importante qui viendra s’ajouter aux subventions qui doivent être obtenues par le biais du classement du navire.

Pour l’heure et malgré l’appel aux dons et les diverses manifestations, seulement 25 000 € ont été récupérés. « Il nous faut 80 000 € d’ici décembre afin de pouvoir lancer des travaux. Pas évident avec une à deux animations mensuelles, même si chacune peut nous rapporter plus de 500 € », constate Jacques Dadure qui est loin de perdre le moral. Avec ses bénévoles, il vient de lancer un appel au mécénat, par courrier, auprès des 500 plus importantes entreprises du département. L’association sera présente au festival du livre de la Hougue en juillet et essaiera de l’être lors des traversées de Tatihou en août.

Partager :